Le Petit Braquet, Coup de Chapeau à
  Visiteurs :     visiteurs  / /
- Chronique n° 65
 
 

Constant Huret

Coup de chapeau à

 

 

Constant HURET

 

 

 

 

 

Lutter contre le temps, pédaler encore et toujours telle était la spécialité de ce grand champion aujourd'hui oublié que fut Constant Huret, l'un des plus prodigieux coureurs de fond que nous ayons connus. Auteur d'exploits que nous, hommes de ce début de 21ème siècle, jugerions inhumains et probablement sans intérêt, Constant Huret fut en son temps une star, un héros qui connu un destin hors du commun. Constant Huret est né à Ressons le Long, petit village du Soissonnais, le 26 janvier 1870. Il était d'extraction très modeste, en effet son père était un jardinier, natif de la commune voisine de Mainville et sa mère paysanne. A l'âge de 14 ans, son certificat d'étude en poche Constant Huret commença à travailler pour aider sa famille. Il travaille tout d’abord comme petit clerc auprès de l’ingénieur des Ponts et Chaussée de Soissons puis au bout de quelques mois, lassé d’être entre quatre murs il rejoint son père jardinier, puis très rapidement, il change de métier et devint apprenti boulanger à Soissons. C'est apparemment durant son apprentissage, que le jeune Constant se découvrit la passion du vélo et des compétitions. En, il explique qu’à cette époque, la bicyclette devint pour lui une vocation qui tourna même à l’obsession tant qu’il n’eut pas les moyens de s’acheter sa propre machine. Nous sommes alors en 1888.

 

 

 

 

 

Dès qu’il a un peu de temps libre, Constant Huret pédale comme un forcen& et à faire ainsi des kilomètres et des kilomètres, il progresse et finit par être remarqué par des membres du club de la ville.

Cette première course fut la source de nombreuses émotions pour Constant Huret qui comprît ce jour là que seule la victoire lui permettrait d’exister. En effet à la fin des années 1880, l’usage de la bicyclette est encore l’apanage d’une élite aisée. Selon les écrits de Philippe Gaboriau (les trois âges du vélo en France) « Il est lié aux consommations excédentaires d’argent et de temps (loisirs, sports, tourisme), au rêve d’âge d’or industriel de la bourgeoisie. » Sur la base du salaire horaire moyen d’un ouvrier professionnel, on peut considérer que durant la période 1891-1895, le coût d’une bicyclette représente alors environ 500 à 600 heures de travail. On comprend mieux le désarroi de Constant Huret au départ de sa première compétition devant les tenues rutilantes de ses adversaires.

Extrait :

« Les rois du cycle » par Victor Breyer et Robert Coquelle

La victoire force le respect et permet d’aplanir les différences sociales. Constant Huret montre dès le départ des qualités exceptionnelles et on peut dire que c’est à la force de ses mollets qu’il se fait accepter dans son club et qu’il se fait un nom dans la région.

 

 

 

 

Dans ses mémoires publiées dans l'Echo des sports en 1932, il déclara qu'au sortir de son service national, ce n'est qu'à regret qu'il retourna derrière son fournil, taraudé qu'il était par l'envie de chevaucher sa bicyclette. Le retour à la compétition fût tout d’abord laborieux encore une fois pour un problème financier. En effet face à des adversaires passés aux pneumatiques creux, les pneus pleins de la vieille bicyclette de Constant Huret constituent un véritable handicap.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constant Huret que l'on va surnommer « le grand Constant » tout au long de sa carrière, a donc débuté la compétition en 1888, mais jusqu’en 1892, il ne participe qu’à des épreuves locales sur route dans la région de Soissons, où il fait une moisson de victoires tant sur des épreuves de vitesse que sur des épreuves de fond. En 1893, durant la saison sur route, il arrête de travailler car les gains de ses nombreux succès lui suffisent pour subvenir à ses besoins. Si l’on en croit ses propos, sa tactique est simple et quasiment toujours la même : partir à fond et lâcher au train ses adversaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est que durant l’hiver 1893 à 23 ans qu’il va enfin se faire remarquer au plus haut niveau, dans des circonstances qui pourtant lui étaient peu favorables.

 

 

Lui qui n’avait jamais vu ce qu’était un vélodrome, va finalement s’y faire connaître en très peu de temps. Lors d’un essai de quelques kilomètres, la veille de l’épreuve, il apprend à dompter les virages et il se familiarise très facilement à ce qui va devenir son terrain de prédilection. Il termine 6ème de sa première course de 12 heures, le 16 décembre 1893, malgré un oubli du commissaire chargé de comptabiliser les tours qu’il effectue. Illustre inconnu au départ de l’épreuve, ce n’est pas bien évidemment le meilleur et le plus sérieux commissaire qui lui est attribué. Ce monsieur, prit d’une petite faim, abandonna sans remord son poste pendant 4 heures si l’on en croît les propos du grand Constant et pour compenser on lui attribua un nombre de kilomètres visiblement très inférieur à ce qu’il venait réellement d’effectuer. Fort mécontent de ce résultat, mais en même temps très satisfait de ce qu’il avait réussi, Constant Huret désormais en pleine confiance, prit, dès la semaine suivante, la 2ème place d’une course de 24 heures (23/24 décembre 1893). Sa carrière était définitivement lancée.

 

 

 

 

Dès 1894, le grand Constant est considéré comme l’un des meilleurs coureurs de grand fond du monde. Il faut dire qu’il réalisa pour sa première année parmi l’élite, une saison exceptionnelle : record du monde des 100 kilomètres et victoire dans le championnat de France de demi fond et le Bol d'Or. Il convient ici de s'attarder sur cette épreuve complètement oubliée de nos jours et qui à l'époque déchaina les foules et fut une décennie durant tout aussi populaire que Bordeaux-Paris et Paris-Roubaix. Le Bol d'Or, né de la volonté d'un dénommé Decam sculpteur, et parrainée par les Chocolats Meunier n'est en fait que la reproduction sur le territoire national d'une épreuve de 24 heures britannique la Cuca Cocoa Cup, créée quelques années auparavant. Le principe du Bol qui se déroula le plus souvent sur la petite piste de Neuilly ou le vélodrome de Buffalo, était à la fois simple et terriblement exigeant. Il s'agissait de couvrir la plus grande distance en 24 heures. Différents types d'entrainement furent utilisés : machines multiples (tricycle, tandem...) de 1894 à 1897, entrainement mécanique (motocyclette) en 1898, tandems à pétrole en 1899 et 1900, motocyclettes et 20 heures sans entraineur en 1902, bicyclettes en 1903 et 1904 et enfin tandems en 1905. Course individuelle, le Bol d'Or était aussi une course de marque et une course d'équipe. En effet de par sa conception, le Bol d'Or n’offrait pas forcément la victoire à celui qui possédait les meilleures jambes. Cela ne suffisait pas sans des entraineurs et un matériel de grande qualité. Il y eut au total 25 éditions du Bol d'Or (24 de 1894 à 1928 et 1 en 1950) et Constant Huret en remportant à 4 reprises cette épreuve mythique est entré à jamais dans l'histoire des courses de fond ; seul Léon Georget qui s’imposa à 9 reprises de 1903 et 1919 a fait mieux. Selon Gaétan De Knyff, journaliste au Matin (article paru le 09/09/1902), Huret au sommet de sa gloire, gagne très bien sa vie. Lors de sa meilleure année, il aurait remporté 63 000 francs de gains, ce qui le place à peu près au même niveau que les meilleurs sprinteurs que pourtant l’on considère comme les seigneurs de la piste. Accusé parfois par ses entraineurs, d’être trop radin, le grand Constant jouit par contre d’une forte popularité auprès du public. Enfant du peuple, il en a, malgré sa réussite, conservé toutes les allures, ce qui le rend proche et accessible pour le petit peuple qui se précipite pour le voir courir. Ce qui plait également chez lui c’est son aptitude à être performant sur de nombreux types de courses du 100 kilomètres aux épreuves de Six Jours. Sa victoire dans Bordeaux –Paris a également montré qu’il pouvait aussi réussir sur la route. Néanmoins, Constant Huret est d’abord un coureur d’une exceptionnelle résistance, capable de rouler des heures à un rythme élevé à l’abri derrière ses entraîneurs. Il est par contre beaucoup moins performant sans entraîneur et il n’apprécie pas les côtes ni les changements de rythme inhérents aux courses sur route classiques et ses résultats en ce domaine ne furent jamais très probants. Lors des épreuves de fond les adversaires du « boulanger » ont pour nom Thaddäus Robl (2 fois champion du monde de demi-fond), Emile Bouhours (champion de France des 100 km en 1897,1898 et 1900), Alphonse Baugé (champion de France des 100 km en 1896), Lucien Lesna (2 fois champion d’Europe de demi-fond, 2 Paris-Roubaix, Bordeaux-Paris…), Gaston Rivierre (vainqueur du Bol d’Or 1896), Mathieu Cordang ( vainqueur du Bol d’Or 1900), Albert Walters (vainqueur du Bol d’Or 1899) et Arthur Chase (champion du monde de demi-fond en 1896). Lors des courses de demi-fond et de grand fond, on assiste à l’époque à tout et n’importe quoi. Chacun fait en fonction de ses moyens ou de ceux de ses sponsors et on assiste parfois à des épreuves totalement déséquilibrées tant les services d’entraîneurs des différents coureurs sont déséquilibrés comme le montre l’article ci dessous.

 

 

 

Notre homme a du caractère, parfois même un peu trop ce qui l’amène le 26 juin 1897 lors du Bol d’Or à commettre une grave erreur dont il aurait pu ne pas se relever. En effet après un départ canon et une avance confortable de 14 kilomètres au bout de 7 heures de course, le grand Constant décida soudainement de s’arrêter et de rentrer chez lui en raison d’un différend commercial et financier qui l’opposait avec sa maison (son sponsor). En se comportant ainsi il a prit un gros risque et joua avec sa réputation à laquelle on pensa un moment qu’il avait fait un tort irrémédiable. Mais le boulanger comme on le surnomme parfois su rebondir rapidement et reconquérir bien vite le cœur du public en remportant dès le 15 août un match de 24 heures contre le néerlandais Mathieu Cordang et Gaston Rivierre, les deux autres grands noms des courses de fond et en améliorant encore une fois le record du monde des 24 heures. Constant Huret a aussi le sens des affaires et très rapidement, moyennant finances, il accepta qu’une bicyclette produite par la maison Clément porte son nom. Il est l'un des rares coureurs à avoir envisagé le cyclisme comme un métier et à songer à s'en retirer après avoir gagné suffisamment d’argent. En 1897 il court sur Acatène Métropole, tout comme Gaston Rivierre. Malgré ses colères, sa tactique plutôt frustre et son coté parfois un peu pingre, Constant Huret se différencie aussi du commun des coureurs de fond de par son intellect si l’on en croit les journalistes sportifs Victor Breyer et Robert Coquelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De 1894 à 1900, chaque année Constant Huret a aligné les performances en enlevant 3 Bols d’Or, un Bordeaux-Paris, un titre de champion de France et un autre de champion du Monde de demi-fond et en établissant à plusieurs reprises des records du monde sur 50 miles, 100 kilomètres et sur 24 heures. Beaucoup d’autres records sont établis par le natif de Ressons-le-long durant ces années mais seuls les records du monde sur 50 miles, 100 kilomètres et sur 24 heures nous paraissent notables car ils portent sur des distances ou des durées significatives. A l’époque, tout était comptabilisé, mais que signifie un record sur 80 kilomètres, 13 ou 17 heures par exemple. Parfois totalement hors du coup par manque d’entrainement et à cause d’une hygiène de vie, insuffisante qui provoquait chez lui une prise de poids importante, Constant Huret a malgré tout réussi 7 années consécutives de haute volée en dehors des épreuves sur route où il persista à s’aligner et qui se soldèrent le plus souvent par des abandons sans gloire (Bordeaux-Paris 1897 et 1902, Marseille-Paris 1902... Coureur peu apte à supporter les changements de rythme, il ne réussit jamais à s’imposer sur la route à son grand regret, ce qui explique très probablement qu’il ait persisté tout au long de sa carrière à participer à des épreuves sur route pour lequel il n’était pas fait. 1901 sera son année noire. Hors de forme, il n’apparaît jamais au premier rang dans les courses auxquelles il participe et à 31 ans, beaucoup pensent que sa carrière est désormais derrière lui. Pourtant l’année suivante, celui que l’on nomme maintenant « le vétéran Huret » réapparait sur le devant de la scène de la plus belle des manières en s’imposant pour la quatrième fois dans le Bol d’Or. En juin 1902, Constant Huret réalise également des performances remarquables. Derrière entraîneur, il atteint en 4 heures 217 km 500 soit 54,37 km/heure de moyenne et surtout il maintien deux heures de plus ce rythme fabuleux en réussissant à parcourir 326,250 km en 6 heures soit une moyenne absolument identique de 54,37 km/heure. En cet été 1902, Constant Huret semble donc en mesure de réussir encore une ou deux saisons au plus haut niveau quand un dramatique accident brisa net sa carrière. Lors d’une séance d’entraînement, alors que victime d’une crevaison il traversait la piste pour regagner son stand,il fut percuté à très vive allure par le jeune prodige anglais Jimmy Michael qui comme lui faisait du derrière moto. Sous le choc, Constant Huret eut la cheville brisée. L’accident se produisit dans le petit virage du Parc des Princes. Le vélodrome du Parc semble alors peu adapté aux vitesses sans cesse croissantes des coureurs derrière leurs entraîneurs. Ainsi en peu de temps, les stayers Dickentmann avec ses entraineurs, Robl, Elkes mais aussi les motocyclistes Marius Thé et Breton (tué sur le coup) y avaient chuté lourdement.

 

Géo Lefèvre, passé à la postérité pour avoir suggéré l'idée du Tour de France à Henri Desgranges, a raconté en détail l’histoire dans la revue « la vie au grand air » du 4 avril 1903. A son arrivée à l’hôpital Beaujon, le diagnostic du chirurgien est très pessimiste. Selon lui, l’amputation était nécessaire afin d’éviter toute complication car les os de la cheville étaient brisés et les muscles arrachés. Finalement c’est un jeune interne qui prit en charge le malade et qui fit des miracles. « Tous ces os brisés, il les réunit par des fils d’argent qui les perçaient en leur milieu ; de cet ensemble informe, il refit une articulation, comme un petit enfant fait une carte d’Europe des divers morceaux d’un jeu de patience. La chair se reforma, les os se soudèrent à nouveau, et après trois mois d’hôpital Constant Huret put sortir de son lit, appuyé sur des béquilles, mais avec ses deux pieds. » (Géo Lefèvre, « la vie au grand air »).

 

Certes Constant Huret s’était montré prévoyant et économe tout au long de sa carrière mais un mariage et surtout un pénible divorce l’avaient quasiment ruiné. Devant cette situation épouvantable le petit monde du cyclisme sut comme souvent faire preuve d’une immense solidarité. Henri Desgranges, Directeur de l’Auto-Vélo lança une souscription pour venir en aide au malheureux coureur dont il était désormais certain qu’il ne remonterait jamais sur une bicyclette et dont la reconversion compte tenu de son handicap n’était pas assurée. Selon le journal le Matin du 4 octobre 1902, cette souscription a rapporté la somme de 2439 francs à laquelle il faut ajouter, 1236 francs recueillis lors d’un meeting donné à Buffalo le 3 octobre. Parmi les coureurs présents on peut noter les noms de Bourotte, Jenkins, Dubois, Darragon et Contenet. Quelques semaines plus tard se fut au tour du vélodrome du Parc des Princes d’organiser également une réunion au bénéfice du grand Constant.

 La guérison fut très lente et selon le journal « la Presse » en mars 1903, Constant Huret se trouva dans l’obligation de reprendre quelques temps les béquilles car sa blessure loin d’être complètement guérie, s’était réveillée. Le journal met en cause le fait qu’il aurait reprit la bicyclette avec trop d’ardeur, quelques semaines auparavant. Je ne sais pas si cette rechute fut liée à une reprise trop intensive du vélo, il convient par contre de noter qu’à aucun moment Constant Huret ne semble avoir caressé l’idée de tenter un come back mais par contre la pratique de la bicyclette lui fut vivement conseillée dans le cadre de sa rééducation. Pour Constant Huret, cet accident fut l’occasion d’un nouveau départ à zéro ou presque. Remarié à une jeune femme de 28 ans sa cadette avec qui il eut deux garçons et une fille, il devint chauffeur et loueur d’automobiles à Paris. Constant Huret est mort à Paris le 18 septembre 1951

Figure emblématique d’une discipline terriblement exigeante et dangereuse qui aujourd’hui a totalement disparue, Constant Huret possède un riche palmarès. Certes, on pourrait disserter à l’infini, sur les systèmes d’entraînement utilisés à l’époque qui bien souvent étaient pour une large part dans la réussite d’un coureur, il n’en demeure pas moins que Constant Huret fut un authentique champion, un véritable athlète. On comprend mal aujourd’hui ce qui attirait le public de la fin du 19ème siècle dans des épreuves d’endurance sur piste qui nous paraissent monotones et d’un intérêt sportif limité. Pourtant Constant Huret, , a marqué les esprits de ses contemporains par sa capacité à maintenir des heures durant un rythme effréné. Sa popularité fut telle qu’il réussit, dans ses meilleures années, à gagner tout autant, que les sprinteurs considérés pourtant comme les seigneurs de la piste. Véritable forçat de la piste, cet homme du peuple a su, toute sa vie, demeurer humble dans les succès comme dans l’adversité et c’est aussi cela la marque d’un champion d’exception.

palmares

1894

  • - vainqueur des 8 jours de Paris en mars
  • - champion de France de demi-fond (100 km)
  • - recordman du monde de la distance parcourue en 24 h (derrière entraîneur) 736 km
  • - vainqueur du Bol d'Or

1895

  • - recordman du monde de la distance parcourue en 24 h (derrière entraîneur)
    • 829.498 km le 15 juin
    • 851,856 km, le 6 septembre - vainqueur du Bol d'Or
  • - vainqueur d’une course de 100 km, Paris Buffalo le 7 avril 95
  • - 1er d’une épreuve de 3 jours (3 x 100 km), Paris avril 95

1896

  • - recordman du monde des 100km (derrière entraîneur)
    • 100 km en 2 h 11 m 45 s, le 10 mars
    • 100 km en 2 h 10 m 31 s, le 28 septembre à Roubaix
  • - recordman du monde des 50 miles en 1 h 42 m 40 s, le 6 juin
  • - 1er du championnat des 100 km des Tuileries

1897

  • - recordman du monde de la distance parcourue en 24 h (derrière entraîneur)
    • 909.027 km, le 15 août
  • - recordman du monde des 100km (derrière entraîneur)
  • 100 km en 2 h 07 m 54 s, en Août au Parc des Princes
  • 1er de la course de 24 heures de North Road (Angleterre), juillet 1898
  • - vainqueur du Bol d'Or
  • - recordman du monde des 100km (derrière entraîneur)
    • 100 km en 1 h 54 m 24 s, le 7 octobre au vélodrome d’Auteuil 1899
  • - vainqueur de Bordeaux-Paris en 1899, Entrainement mécanique : automobile pilotée par René de Knyff (Panhard-Levassor)
  • - vainqueur d’une course de 100 km, Roubaix, août 1899

1900

  • - champion du monde de demi-fond
  • - 1er course de 100 km, Paris 31 juillet

1901

  • - 4ème d’une course d’1 heure en juillet 1902
  • - vainqueur du Bol d'Or - 1er course

Constant Huret et Henri de Toulouse-Lautrec, vivaient tous deux dans des mondes différents. Huret, sportif et sobre passait ses journées sur les surfaces des vélodromes et des routes, le grand champion absolu de l'époque étonnait le public de Paris. Toulouse-Lautrec, homme bohème, habitué des quartiers sulfureux de Paris, qui apprécie la vie dissoulue, entre son atelier à Montmartre, entre les bars et les bordels, Au milieu des putains, des prostitués, des artistes et des criminels, Toulouse Lautrec a passé ses nuits dans les cabarets miteux. Et pourtant, leurs noms sont à jamais liés. Louis Bouglé, le représentant de la marque de vélo LB Spoke britannique, mais aussi de la chaîne de marque Simpson a vu très clairement cette reconnaissance entre les deux hommes. C'est autour de 1900 qu'il donna l'ordre à Henri de Toulouse Lautrec de faire une affiche publicitaire pour son vélo et la marque de la chaîne.

 

Source : photos (2) forum http://www.memoire-du-cyclisme.net

(Collection privée : "Jéorenc" (pseudo)

 

 

Sauf mention particulière les photos présentées ici ont été réalisées par le petit braquet.

Pour en savoir plus



 
 
     

 Copyright©Le Petit Braquet || Version V.01 || Nov2005         Auteur de l'article : Alain Rivolla